MUSIQUE

Amélie Duhaime

Agente de pastorale,
Ministre extraordinaire du baptême
Responsable de la musique dans
L’Unité pastorale de Boucherville

Tél.: 450.655.8311 poste 233   Courriel

LA MUSIQUE

Enrichir l’expérience de la liturgie

 

La musique au sein de la liturgie a toujours cherché à élever l’âme du croyant vers Dieu. Elle est, selon Pie X, « une aide précieuse pour les fidèles dans la participation active aux très saints mystères et à la prière publique et solennelle de l’Église. »

En fait, on pourrait presque dire que la musique est en elle-même une liturgie,
tant son influence au sein des célébrations
est importante.

Tout récemment, le Concile Vatican II mis en oeuvre une vaste restauration de la liturgie catholique.

Le passage à la langue vernaculaire pour les lectures et le chant est un des changements importants. Ainsi, lors de nos célébrations se côtoient chants d’assemblée et polyphonies anciennes, créations d’oeuvres sacrées du maître de chapelle de Sainte-Famille, pièces d’orgue et improvisations.

Chacun des trois lieux de cultes de l’unité pastorale de Boucherville vous propose des styles musicaux avec leurs couleurs particulières, adaptés selon les modalités des bâtiments, des effectifs et des instruments.

Appuyez sur l’un des onglets suivants pour accéder à l’information.

Denis Alain Dion

Maître de chapelle et organiste titulaire
des orgues Georges Signori
de l’église de Sainte-Famille

Tél.: 450.655.9024   Courriel

Geneviève Lanouette

Directrice de la chorale

Tél.: 450.655.9024   Courriel

En appuyant sur l’image du chœur, vous serez redirigé vers une vidéo Youtube sur laquelle la chorale de Sainte-Famille chante des extraits du répertoire des funérailles.

LA MUSIQUE À SAINTE-FAMILLE

Un chantre anime une fois au deux semaines la messe de 8h30, tandis que la chorale paroissiale se produit aux messes de 11h15 et célébrations spéciales. Des instrumentistes invités viennent enjoliver les célébrations une fois par mois, selon le calendrier musical, tandis que le choeur
Ad Hoc, un ensemble vocal de niveau avancé, se produit pour la création des oeuvres chorales sacrés de M. Dion.

Denis Alain Dion
maître de chapelle et organiste titulaire

Denis Alain est initié au piano dès son plus jeune âge par les Soeurs du Sacré Coeur de Jésus. Confié au soin de soeur Marguerite Guindon, il découvre l’orgue qui le fascine aussitôt. Il devient par la suite organiste titulaire de la paroisse de Saint-Hubert à l’âge de 14 ans. Il y acquiert une formation pratique de l’accompagnement des chanteurs, de l’harmonisation, de l’improvisation, de la direction et même de la composition.

Denis Alain occupe présentement le poste d’organiste titulaire et maître de chapelle de l’église Sainte-Famille à Boucherville. Le maître de chapelle assure la direction et de la gestion de tous les aspects musicaux de la paroisse à la lumière des orientations établies par le curé.

Denis Alain s’est perfectionné en chant au centre Option-voix avec Murielle Matteau, ainsi qu’avec la mezzosoprano Gabrielle Lavigne du Conservatoire de Montréal.

Ayant complété une maîtrise à l’Université McGill comme pianiste collaborateur auprès de M. Michael McMahon, Denis Alain explore auprès de Mariko Sato l’approche Taubmann qui analyse les mouvements biomécaniques sur lesquels repose la technique virtuose.

Denis Alain Pianiste accompagnateur pour les choeurs Sympholies Vocales dirigé par Julie Dufresne; le Choeur Classique du Richelieu dirigé par Christine Liautaud; Les Myosotis dirigé par Lorraine Gariépy; Les Petits Chanteurs de Boucherville par Amélie Duhaime, il a accompagné de nombreuses productions de style et de répertoire différents, allant du populaire, du jazz jusqu’à l’opéra contemporain.

Parallèlement à ses activités de pianiste, Denis Alain développe un intérêt pour la composition. Il a écrit plusieurs oeuvres chorales dont plus de 20 messes, des motets sacrés et profanes, des cantates, des pièces pour orgue et pour piano. Il a enregistré plusieurs de ces oeuvres sur disque, dont entre autre Les Complies (2018) et des mélodies sur des poèmes québécois (2019).

 

Geneviève se passionne pour le basson, instrument qu’elle perfectionne auprès de Mme Danielle Hébert, M. René Mazino de l’Université de Montréal ainsi que Mme Andrée Lehoux
de l’Université du Québec à Montréal.

Titulaire de deux baccalauréats en interprétation du basson, Geneviève apprend la direction-chorale avec M. David Doane et Mme Andrée Dagenais.

Elle a étudiée avec Mrs. Mathieu Lussier durant sa préparation pour son entrée à l’UQAM.

Elle approfondie cette discipline lors d’un colloque de l’Alliance des chorales du Québec auprès de Mme Agnès Grossman.

Geneviève dirige le choeur de l’église Sainte-Famille depuis 1999.

Parallèlement à ses activités musicales, Geneviève est massothérapeute graduée de l’Académie de Massage Scientifique de Brossard.

Mariée depuis septembre 2004 avec Stéphane Savaria, elle est mère de deux enfants :
Noémie et Félix.

 

 

 

 

 

 

Chorale Sainte-Famille

La chorale de Sainte-Famille se produit presque tous les dimanches à la Messe de 11h15
et lors de célébrations spéciales
.

Les répétitions ont lieu les dimanches à 10h.
La chorale recrute en permanence des personnes désireuses de chanter au cours de la Messe.

Une formation en solfège n’est pas indispensable, seul le plaisir de chanter en groupe et assiduité sont nécessaires.

Information par téléphone
ou par courriel: stefamilpar@videotron.ca

L’ORGUE DE SAINTE-FAMILLE

 Casavant, Opus 3749, 1996

 

2 claviers manuels et pédalier
25 jeux / 1597 tuyaux
Traction mécanique des claviers
Traction électrique des jeux

Le premier orgue, disparu dans l’incendie de 1843, avait été commandé, en 1823, chez George Zingraff et Joseph Bourdon, de Montréal, au prix de 500 louis. Il ne fut livré qu’en 1827 après un long procès. C’était un instrument de huit pieds dont le premier titulaire fut Henri Louis.

En 1847, la fabrique commanda au facteur Samuel R. Warren, au prix de 565 livres, un orgue à traction mécanique de dix-neuf jeux qui sera logé dans un buffet dessiné par Louis-

Thomas Berlinguet et réalisé par son fils, Louis-Flavien. Pour cet instrument, le facteur adapta les jeux d’orchestre, très à la mode à cette époque; l’équilibre des claviers y était particulièrement soigné. C’était le premier orgue de ce type fabriqué à Montréal par Warren.

Cet instrument a probablement été reconstruit deux fois. La dernière reconstruction remonte autour de 1935 et a été exécutée par Odilon Jacques. C’est à ce moment que la traction mécanique originale a été remplacée par une traction électro-pneumatique et qu’une console détachée a été installée. L’endroit du buffet où était la console originale a été tout simplement remplacé par des panneaux de bois. La deuxième fois, c’est en 1974 par le facteur Louis-Auguste Guillemette.

Un dossier, datant de cette même période, se retrouve dans les archives de Casavant Frères concernant l’instrument de cette église. Quoique le contrat n’ait pas été accordé à Casavant, le dossier complet est classé en attendant sa découverte et l’étude de son contenu dans le cadre d’un projet plus récent. La valeur de l’information qui s’y trouvait est d’une grande importance principalement dû à la présence d’une esquisse et des dimensions de l’instrument original prises en 1930 par Charles Chapais de Casavant Frères et montrant que le buffet avait été déplacé. À travers ces documents, il a été possible d’établir, aux marguilliers et aux membres du comité diocésain des orgues, que le buffet avait été reculé, en 1903, de presque cinq pieds probablement afin de créer de l’espace supplémentaire pour la chorale. Des recherches subséquentes menées sur le plancher de la tribune confirment cet état de fait. Ce déplacement a certainement affecté négativement la portée sonore et la présence visuelle de l’orgue dans l’église.

En février 1995, le conseil de fabrique confie à Casavant Frères, facteur d’orgues de Saint-Hyacinthe, le contrat pour la construction du nouvel orgue de l’église paroissiale. En tenant compte de l’ensemble historique de ce lieu, classé bien patrimonial, et des besoins exprimés, le facteur a proposé un instrument d’esthétique française, apte autant à soutenir le chant de l’assemblée, à accompagner solistes et ensembles, qu’à interpréter le vaste répertoire consacré à l’orgue.

Le nouvel orgue Casavant est installé à l’intérieur du magnifique buffet attribué à Louis-Thomas et Louis-Flavien Berlinguet, et construit en 1846 pour recevoir l’orgue construit par le facteur montréalais Samuel Warren.

L’orgue existant, de facture plus récente, ne présentait que très peu d’intérêt. En effet, lors des derniers travaux importants, seuls deux jeux (Bourdon 8′ et Flûte 4′) et quelques basses de jeux de bois de l’instrument de Warren avaient été préservés; ils ont été incorporés au nouvel orgue1, en plus d’un jeu de Hautbois 8′ de Casavant, installé dans les années 1980. On peut donc affirmer que l’instrument est essentiellement neuf.

Dans ce contexte historique, il allait de soi que le nouvel orgue soit à traction mécanique, comme l’instrument d’origine. Ainsi, la console est en fenêtre et la disposition interne de l’orgue rappelle une manière de faire courante des facteurs du XIXè siècle. Le buffet a été soigneusement restauré et replacé à la position d’origine; la présence visuelle du buffet dans le vaisseau s’en trouve ainsi nettement améliorée. Pour la décoration, les choix de l’architecte Claude Beaulieu, maître-d’oeuvre de la plus récente restauration de l’église ont été respectés. Les nouveaux tuyaux, en étain fin, reprennent la forme et la finition des tuyaux d’origine. Lacqués de couleur or, ils ajoutent à l’équilibre de la dorure, faisant ainsi pendant avec la maître-autel dans le choeur de l’église.

Au plan sonore, l’orgue ne se veut pas une copie d’instrument du XIXe siècle. C’est un instrument contemporain qui peut pleinement jouer son rôle dans la liturgie et au concert. L’influence de l’esthétique classique française y est néanmoins prépondérante. Le devis révèle également la présence d’éléments symphoniques et modernes, soit un grand Récit expressif de dix jeux, avec gambe et céleste, un jeu d’anches de seize pieds et des basses complètes pour tous les jeux3. La variété de jeux de flûtes, des jeux d’anches construits d’après les principes des grands facteurs d’orgues français (Dom Bédos, Clicquot, Cavaillé-Coll), une boîte expressive des plus efficaces, de riches principaux bien timbrés et des fonds généreux, et un combinateur électronique à huit niveaux de mémoire font de ce nouvel orgue Casavant, qui a l’avantage de sonner dans une acoustique exceptionnelle, un instrument résolument moderne.

Fidèle à la tradition de Casavant, la réalisation sonore de ce nouvel orgue est particulièrement soignée. L’engagement enthousiaste des harmonistes Yves Champagne et Gaétan Robert dans la réussite de ce projet a donné un instrument bien équilibré, aux timbres raffinés et séduisants. Particulièrement bien adapté au vaisseau de l’église, le nouvel orgue, de 25 jeux, étonne par sa richesse sonore.

 

Ref. Robert Poliquin, Les Orgues du Québec

 

L’orgue de Sainte-Famille document en PDF

Et lien du site des Orgues du Québec.

photo de la chorale

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

photo de la chorale

Gérald Cloutier
directeur de la chorale

La chorale de Saint-Sébastien se produit à tous les dimanches à la Messe de 9h30 et lors de célébrations spéciales, de septembre à juin.

Les répétitions ont lieu avant la messe dominicale, à partir de 8h30 et après la messe, c’est-à-dire de 10h30 à 11h30.

La chorale recrute en permanence des personnes désireuses de se laisser emporter par la vitalité du chant chorale tout en contribuant à la beauté de la liturgie.

Une formation en solfège n’est pas indispensable, seulement le plaisir de chanter en groupe et l’assiduité sont nécessaires.

Le répertoire de chants sacrés présenté au fil de l’année couvre des œuvres polyphoniques a cappella du 16e siècle jusqu’aux chants à voix mixtes de l’époque contemporaine.

La chorale est accompagnée à l’orgue par Mme Carmelle Lemay.

Information : parstsebastien@videotron.ca

 

La Chorale St-Sébastien est dirigée depuis l’automne 2006 par M. Gérald Cloutier qui fut directeur de la chorale des Adolescents de St-Sébastien, de 1982 à 1988. Il fut aussi directeur musical du Chœur Classique de Boucherville de 1989 à 1996.